actualité COVID-19 - Environnement

Retour - Accueil Actualités COVID-19

Risques éventuels liés à l'épandage de boues d'épuration industrielles durant l'épidémie de COVID-19




fr

Numéro : ANSES Note du 17 avril 2020

Publié le : 17 Avril 2020


Note d'appui scientifique et technique de l’Anses
Demande n° 2020-SA-0056 relative aux risques éventuels liés à l'épandage de boues d'épuration industrielles durant l'épidémie de COVID-19

L’Anses a été saisie en urgence le 13 avril 2020 par le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation (Direction Générale de l’Alimentation) et le Ministère de la Transition écologique et solidaire (Direction générale de la prévention des risques) pour une demande d'appui scientifique et technique portant sur les risques éventuels liés à l’épandage de boues d’épuration industrielles durant l’épidémie de COVID-19.

L'ANSES émet les conclusions suivantes :
Aucune donnée ne permet aujourd’hui de quantifier la présence et d’estimer la dose infectieuse du virus SARS-CoV-2 dans les boues non hygiénisées issues des stations de traitements des effluents industriels. Le niveau d’incertitude global quant à la présence potentielle du virus SARS-CoV-2 infectieux dans les boues non hygiénisées issues des stations de traitements des effluents industriels est donc élevé.

Les données disponibles montrent que le virus SARS Cov2 présente une certaine résistance pour des pH compris entre 3 et 10 pendant 1 heure (Chin et al, 2020), pH assez proches de ceux retrouvés en moyenne en entrée des stations de traitements des effluents industriels.

Considérant ces incertitudes, il n’est pas possible de définir une proportion du volume d'eaux usées par rapport au volume d'eaux industrielles en dessous de laquelle les boues issues de stations d'épuration industrielles pourraient être épandues sans hygiénisation préalable, ni de définir avec certitude les différents traitements possibles permettant de réduire la charge
virale à un niveau compatible avec l’épandage de ces boues autres que ceux proposés dans l’avis de l’Agence du 27 mars 2020 (Anses 2020) et permettant de considérer une boue comme hygiénisée.

Toutefois, considérant d’une part la très faible proportion d’eaux-vannes (estimée à moins de 1 % par les industries auditionnées) par rapport aux effluents industriels (eaux de lavage, de désinfection pour les industriels agro-alimentaires ou de process) et, d’autre part, considérant que les traitements primaires et secondaires appliqués aux eaux et les traitements (non hygiénisants) appliquées aux boues issues de ces eaux, il est possible
d’estimer que la charge virale dans ce type de boues serait très inférieure à celles des boues urbaines. De plus des traitements des effluents, telles une élévation du pH (>11) et/ou de la température (>50°C), même si l’on ne peut les considérer comme des traitements hygiénisants au sens de l’avis Anses du 27 mars 2020 (Anses, 2020), peuvent aboutir à une réduction significative de la charge virale.

Par ailleurs, la durée de stockage des boues et le temps de séjour des effluents dans la station sont également des paramètres qui entraînent un abattement de la charge virale.

En ce qui concerne les méthodes d’épandage des boues, l’injection directe des boues dans le sol (Anses 2018 et Arrêté du 27 décembre 2013) et, dans une moindre mesure, l’utilisation de pendillards (lorsque la présence de sol empierrés ne permet pas l’injection directe), en complément des dispositions réglementaires intégrant des distances, peut permettre de limiter la production d’aérosol pendant et après l’épandage et donc de rendre négligeable l’exposition des opérateurs et des riverains susceptibles d’être présents au moment de l’épandage et de limiter ainsi le risque d’exposition à une présence potentielle de SARS Cov2 dans ces boues. Il est à noter que le niveau actuel des connaissances sur devenir du SARS Cov2 dans les sols demeure faible.

En tout état de cause, une séparation des eaux-vannes des eaux industrielles permettrait une meilleure gestion des effluents potentiellement contaminés.


Modification(s) :