actualité COVID-19 - Sécurité des aliments

Retour - Accueil Actualités COVID-19

ANSES : étude sur la persistance du Covid-19 dans le milieu aquatique




fr

Numéro : ANSES Avis du 13 mai 2020

Publié le : 13 Mai 2020


NOTE d’appui scientifique et technique de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation,de l’environnement et du travail relative à l’état des connaissances disponibles sur la présence, l’infectiosité et la persistance du virus SARS-CoV-2 dans le milieu aquatique

Les éléments rassemblés constituent une synthèse des connaissances à la date du 21 avril 2020. Des mises à jour sont susceptibles d’intervenir en lien avec l’évolution du corpus documentaire disponible.A cette fin, une veille technique et scientifique va être poursuivie.Les données scientifiques présentées, étape par étape, sont soit celles actuellement disponibles sur le virus SARS-CoV-2soit, à défaut, celles d’autres virus choisis à titre de comparaison.
Le génome du virus SARS-CoV-2 peut être excrété dans les selles, à des quantités variables et à des concentrations un peu plus faibles que des virus tels que les norovirus et VHA. La durée d’excrétion de personnes infectées (symptomatique ou non) peut durer plusieurs semaines et également continuer alors que la présence du virus n’est plus détectée dans les échantillons pris au niveau du tractus respiratoire. Cependant, au vu des données existantes, l’infectiosité des virus présents dans les selles n’est ni établie, ni infirmée, et doit être étudiée. Des incertitudes demeurent sur l’existence de tropismes secondaires du virus SARS-CoV-2 (en particulier la possibilité d’une infection virale via la voie digestive).
Des génomes du SARS-CoV-2 ont été détectés dans des eaux usées et des eaux de surface. Cependant, la détection de génome viral ne renseigne pas sur son caractère infectieux. Les données de l’impact des traitements des eaux usées sur l’inactivation du SARS-CoV-2 sont manquantes.
Aucune donnée ne permet aujourd’hui d’estimer la présence et la quantification de particules virales infectieuses duSARS-CoV-2 dans le milieu aquatique.L’Agence souligne à cet égard le nombre limité d’études et données disponibles à ce sujet concernant le virus SARS-CoV-2.L’acquisition de données expérimentales et/ou des informations complémentaires sur la quantification, l’infectiosité et la persistance du virus SARS-CoV-2 dans les différents milieux évoqués (eaux usées brutes et épurées, eaux de surface,eaux marines), ainsi que chez l’Homme (tropisme digestif,excrétion de virus infectieux dans les selles) pourrait permettre de lever un grand nombre d’incertitudes.
L’Anses souligne que le récent avis18de l’académie des technologies du 24avril 2020 recommande également que des travaux soient menés sur ces sujets.L’Anses restera attentive aux études et informations à venir susceptibles de faire évoluer cet état des connaissances


Modification(s) :

Texte(s) lié(s) :