actualité du mois - sécurité des aliments

Retour - Accueil Actualités

INTERPOL : La fraude alimentaire à l’heure du COVID-19




Publié le : 25 Août 2020


Des milliers de tonnes de produits alimentaires et de boissons de contrefaçon saisies lors de l’opération Opson IX

LYON (France) – Des denrées alimentaires et boissons de contrefaçon, potentiellement dangereuses, d’une valeur de plus de 40 millions d’USD, ont été saisies lors de la dernière opération Opson, qui a également permis de démanteler 19 groupes criminels organisés et d’arrêter 407 personnes dans le monde entier.

Parmi les articles découverts figuraient des produits laitiers contaminés par des bactéries, de la viande provenant d’animaux abattus de manière illégale et des produits alimentaires dont l’étiquette indiquait qu’il s’agissait de remèdes.

En Bulgarie, une enquête menée par la police et l’agence de sécurité sanitaire des aliments dans un entrepôt non déclaré a permis de découvrir du fromage qui a été testé positif à la bactérie E. coli. Quelque 3,6 tonnes de produits laitiers dangereux, qui devaient être transformés en fromage, ont été saisies et détruites.

Coordonnée par INTERPOL et Europol, l’opération Opson IX, a permis de récupérer plus de 12 000 tonnes de produits illégaux et potentiellement dangereux dans des magasins, sur des marchés et lors de contrôles de transports. Les services de police, les douanes, les autorités nationales de sécurité alimentaire et des partenaires du secteur privé de 77 pays ont participé à cette opération, de décembre 2019 à juin 2020.

Lors de contrôles effectués en Jordanie, les autorités ont saisi quelque 2 000 litres de boissons énergisantes et 4 500 litres de soda, périmés dans les deux cas. Plus de 7 tonnes de lait et de fromages avariés ont également été récupérés dans le pays.

- Liens avec la pandémie de COVID-19
Les autorités ont également découvert des milliers de produits médicaux de contrefaçon, notamment du désinfectant et quelque 17 000 faux kits de dépistage du COVID-19, mettant ainsi en évidence les liens criminels entre divers types d’articles de contrefaçon.

De fait, l’opération a montré que l’épidémie de COVID-19 avait une incidence sur les itinéraires mondiaux de distribution, légaux et illégaux. Les saisies de denrées alimentaires périmées ou aux dates de péremption modifiées ont été nettement plus nombreuses que durant les opérations Opson antérieures – ce qui donne à penser que les malfaiteurs tirent parti de la désorganisation des chaînes d’approvisionnement alimentaires causée par les confinements nationaux.

« Alors que, partout dans le monde, les pays poursuivent leurs efforts pour contenir la pandémie de COVID 19, les réseaux criminels qui distribuent ces produits potentiellement dangereux ne montrent que leur volonté de s’enrichir », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock.

« Le volume et la diversité des produits alimentaires et des boissons saisis durant cette opération vient rappeler au public qu’il doit être vigilant lors de ses achats, et aux services chargés de l’application de la loi qu’ils doivent rester sans cesse en alerte et poursuivre leur action », a ajouté le chef d’INTERPOL.

D’autres escroqueries liées à la pandémie ont été découvertes, notamment un chargement de fruits de mer déclarés en tant qu’équipements de protection individuelle qui a été saisi en Afrique du Sud en provenance d’Asie.

- Alcool frelaté et viande illégale
Comme lors des opérations antérieures, l’alcool frelaté et de contrefaçon reste une préoccupation mondiale. Des boissons alcoolisées illicites d’une valeur de plus de 20 millions d’USD ont été retirées de la circulation, notamment 5 000 litres de vodka acheminés clandestinement en Norvège dans une remorque.

Comme l’a souligné Catherine de Bolle, Directrice exécutive d’Europol, « en temps de crise, les malfaiteurs cherchent toujours de nouvelles façons d’abuser les consommateurs et d’augmenter leurs profits illégaux au détriment de la sécurité publique. Non seulement les produits alimentaires de contrefaçon et non conformes trompent les consommateurs, mais ils font également peser une grave menace sur leur santé. Notre opération Opson annuelle montre, dans sa neuvième année, que la coopération entre les services chargés de l’application de la loi, les autorités de contrôle et le secteur privé est cruciale pour protéger à la fois les consommateurs et les entreprises des produits nocifs que les malfaiteurs tentent de mettre dans nos assiettes. »

Avec plus de 5 000 tonnes, les saisies de produits d’origine animale ont été cette année les plus importantes de l’opération Opson. Une nouvelle tendance mise au jour en Europe concerne la falsification des « passeports » équins : dans une affaire, des chevaux acheminés en Italie avec de faux documents indiquant qu’ils allaient participer à une compétition sportive étaient en fait destinés à un abattoir.

Outre les produits alimentaires et boissons de contrefaçon, d’autres produits illicites, tels que des cosmétiques, des chaussures, des vêtements, des sacs à main, des pièces automobiles, de l’électronique, du tabac et des médicaments d’une valeur estimée à 3,1 millions d’USD, ont également été saisis.


Source