Reconnaître le caractère cancérogène des travaux exposant aux fumées de soudage

Sécurité des personnes - Actualité Scientifique - Publiée le jeudi 14 avril 2022

En France, 528 000 salariés sont potentiellement exposés aux fumées de soudage. L'inhalation de ces fumées contenant des particules métalliques peut provoquer des cancers, notamment des cancers du larynx et du poumon. De plus, certaines preuves encore limitées démontrent qu'il y a un risque de développer le cancer du rein.

L'ANSES recommande d'inclure les travaux exposant aux fumées de soudage et aux fumées métalliques de procédés connexes à l'arrêté fixant la liste des substances, mélanges et procédés cancérogènes au sens du code du travail. 

Pour prévenir ces risques de cancer, l'ANSES souligne l'importance de sensibiliser et de protéger les professionnels exposés de façon indirecte ou directe aux fumées cancérogènes. Elle recommande également d'acquérir davantage de données sur les différents risques de cancers pouvant être associés à ces procédés de soudage, et pour lesquels aujourd'hui les preuves sont encore limitées.