Repenser l'avenir des plastiques

Environnement et Energie - Actualité Normative - Publiée le jeudi 31 mars 2022

Le 2 mars à Nairobi a eu lieu l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement. Les représentants de 175 Etats ont approuvé une résolution visant à mettre un terme à la pollution plastique, qui débouchera sur un accord international juridiquement contraignant d'ici l'année 2024. L'objectif sera d'assurer la durabilité de l'ensemble des plastiques. 

Le cycle de vie des plastiques contribue au réchauffement climatique, à hauteur de 4 % en 2015. Ce chiffre devrait atteindre 15 % dès 2050, ce qui vient impacter les efforts effectués dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La transition actuelle est celle allant vers une économie circulaire. L'accord juridique contraignant de l'ONU visant à contrer les effets extrêmes sur l'environnement et les risques associés a pour objectif de parer aux risques associés aux plastiques. L'accord de l'ONU vise à passer d'un modèle linéaire à un modèle circulaire. C'est sur ce point que les normes ISO jouent un rôle primordial, en spécifiant ainsi les caractéristiques des plastiques ainsi que leurs chaînes d'approvisionnement pour pouvoir les rendre durables. Il en va également de même pour les technologies de récupération et de recyclage des matières plastiques. Les normes et les rapports techniques ISO sont à même de promouvoir la mise au point du flux de recyclage spécifique, mais également des meilleures technologies à l'échelon mondial. 

Les normes ISO sont essentielles afin de mettre fin à l'économie du jetable dans le monde. Les normes relatives aux conceptions à des fins de recyclage, aux solutions de suivi et de traçabilité, ainsi qu'à la gestion des déchets concernant différentes technologies de recyclage peuvent avoir un effet immédiat sur le développement du marché mondial afin d'augmenter le taux de recyclage.